S’initier à la comptabilité : découvrir la logique du bilan

La semaine dernière, nous avons pu arriver progressivement à comprendre la partie double en comptabilité en y incluant les notions de 

– DEBIT et CREDIT

– COMPTE

– JOURNAL.

 

Jusqu’ici, M. BERNARD avait des clients qui réglaient en espèces et lui-même réglait ses fournisseurs en espèces mais cela devient compliqué à gérer donc M. BERNARD décide d’ouvrir un COMPTE BANQUE.

Souvenez-vous, le client AAA de M. BERNARD, après avoir remboursé 250 € en espèces, avait un solde de balance de 200 €. Ce client fait un chèque à M. BERNARD, le 24/12. Transcrivez cette écriture dans le compte client et dans le compte banque.

 

==> Le paiement de 200 € annule la dette du client et s’inscrit donc au CREDIT. Le solde est donc à 0 €. Les 200 € sont ENTREES en banque et sont donc inscrit au DEBIT.
Comme vous pouvez le constater, il y a une écriture au CREDIT et une écriture au DEBIT pour une même opération (principe de la partie double).

Si vous avez réussi cet exercice, vous avez pleinement compris le système de base de la comptabilité et je vous félicite. Dans le cas contraire, refaites les exercices tranquillement. 


Dernière question pour voir si vous suivez : le compte caisse de M. BERNARD est créditeur de 500 €, cela vous semble-t-il possible ? pourquoi ?

Réponse : à partir du moment où on entre ses espèces au DEBIT, si la caisse est CREDITRICE cela veut dire que vous avez dépensé plus que ce qui est entré. Si la caisse est vide, le solde est à 0.


L’année suivante, M. BERNARD décide d’acheter :
– un local pour 140 000 €
– des meubles pour 5 000 €
Ses disponibilités en banque sont de 3 000 €
Ses disponibilités en caisse sont de 500 €
Une créance (argent prêté à un ami) pour 1 000 €

Quel est la valeur de sa « fortune » ?

Son avoir est évalué à 149 500 € ; il correspond à la somme des biens achetés, des disponibilités mais également de la créance (la créance a diminué ses disponibilités mais sera remboursée, on considère donc la créance comme une ressource).

Dans sa réflexion, M. BERNARD se demande comment il a pu acheter ces biens et obtenir tant de disponibilités. Il réfléchit et s’aperçoit  que lors de son mariage, il a reçu 5 000 € qu’il a mis en capital de la société. Voici le tableau correspondant.

 

 

Tout avoir a une origine qui doit pouvoir être expliqué.
AVOIR = ORIGINE DE L’AVOIR
 
Son épouse lui fait remarquer que l’origine de l’avoir ne représente que 5 000 € sur les 149 500 € et qu’il faut donc rechercher. Ils décident de faire un tableau représentant la situation : d’un côté l’avoir pour 149 500 € et de l’autre l’origine de l’avoir pour 149 500 €. Les origines sont : 100 000 € d’emprunt, 5 000 € de capital et 44 500 € d’épargne ayant servi à acheter des biens. Voici le tableau représentant la situation.
 
 

Ce tableau représente le BILAN de l’entreprise de M. BERNARD avec à gauche, ses avoir = son ACTIF et à droit l’origine de ses avoirs = son PASSIF. 

Vous venez de réaliser le bilan du patrimoine de M. BERNARD

 


Pour ceux qui en ont envie, voici une feuille avec deux exercices.

On retrouve le même principe d’équilibre. Je ne vais pas détailler plus le bilan car ce n’est pas l’objet de cet article qui consiste en une initiation et une compréhension globale. 

Simplement, pour ceux qui ont l’habitude de voir une structure classique synthétisée, je vous remets ce tableau que vous avez déjà dû croiser régulièrement : 


Le bilan est donc la photographie du patrimoine, à un moment donné (dit fin d’exercice comptable).



La deuxième partie s’achève. Je propose de voir, dès la semaine prochaine, l’organisation  du service comptabilité (organisation administrative, journaux, grand-livre, balance…).


Encore bravo pour votre ténacité… vous avez bien compris l’intérêt de comprendre la comptabilité pour mieux gérer votre entreprise.
A bientôt.

Toute reproduction – même partielle – de ces textes est interdite.
L’usage est réservé à la lecture seule.

 

 

7 commentaires
  1. Je ne comprends pas, l’avoir de M. Bernard n’est pas égal à 149500€? si on compte la créance?
Laisser une réponse