contact@kassistanceconseil.fr

La mode du « tout facile, tout gratuit » ou comment « couler » son entreprise

RENTABILISER SES ACTIONS

Depuis quelques semaines, voire quelques mois, je m’interroge sur certaines pratiques et notamment sur le « tout gratuit » impliquant le « tout facile, tout de suite ». Pourquoi donc, cette interrogation ?

Cette interrogation m’est venue, comme souvent, des observations faites sur les réseaux sociaux (vous pouvez relire l’inspiration pour mon blog).

Partant du principe que donner est un enrichissement pour la personne en elle-même, j’ai décidé de bloguer.

Mais, au fil des mois, le « tout gratuit » a envahi nos réseaux.

Voici des exemples, pour lesquels je vous demande de ne pas vous sentir visé ou offusqué (la démarche n’étant de juger personne).

  • faire un publipostage, un e-mailing, un document unique des risques professionnels, rédiger un CV…
  • avoir des résultats d’études de marchés faites par d’autres freelances
  • récupérer des trames juridiques, pour se prévaloir d’une bonne consultation avec un expert du droit
  • obtenir multiples écritures comptables sans chercher à comprendre ou à apprendre pourquoi l’enregistrement est ainsi
  • obtenir toutes les astuces de référencement pour éviter de faire appel à un professionnel du SEO

Alors, est-ce bien ou mal ? Je n’ai pas envie de faire de réponse toute faite, basique mais simplement de vous amener, entrepreneurs que vous êtes, salariés compétents que vous êtes, à une réflexion globale.

Je ne remets pas en cause le fait de donner de sa personne, de partager et d’activer les solidarités mais voici ma réflexion.

Gratuit ou échange ?

Il y a une pratique qui se répand actuellement c’est l’échange de compétences :

  • Je réalise ton CV ; tu viens tondre mon jardin
  • Je te fais parvenir des CGV ; tu m’aiguilles sur des techniques SEO
  • Je réalise tes tableaux de bord ; tu m’installes une solution informatique…

Des exemples, il y en a de nombreux et encore plus dans le quotidien. Récemment, je participais – à mon humble place – à la mise en place d’une structure intergénérationnelle. Un immeuble réhabilité par un propriétaire et dont les occupants étaient de tout âge et de tout horizon. Le procédé d’échange accepté par la communauté :

  • Je ne travaille pas le matin donc je garde les enfants ; je travaille le soir donc tu gardes mes enfants
  • Tu es âgé et je te ramène tes courses ; j’ai besoin de toi pour surveiller les enfants pendant ma séance shopping
  • Je fais les devoirs avec tes enfants ; tu me ramènes des légumes du potager que tu as réalisé…

Si de prime abord, tout semble gratuit, il n’en est rien.

Je suis une fervente de cette pratique qui devrait modifier les modèles classique de « business » mais qui devrait remettre l’humain au centre des actions plutôt que la monnaie en elle-même.

Vraiment gratuit ?

Avez-vous déjà observé les offres de gratuit dans les hypermarchés. Si j’achète deux paquets de café, j’en ai un gratuit. Mais est-il vraiment gratuit ? Evidemment, sur cette action, il l’est. Cependant, en observant les prix pratiqués en magasin, on s’aperçoit rapidement que le coût de ce fameux gratuit a été intégré au coût d’autres articles.

Exemple pour freelance. Le client achète 10 heures de prestation  pour un montant de 500 € (l’important n’étant pas le montant mais la compréhension du système) et il obtient 1 heure gratuite. Cependant, mon prix d’appel est 45 €/heure, ce qui donne pour 11 heures 495 €. Alors gratuit ?

Si vous avez créé votre activité/votre entreprise, c’est que vous souhaitez être rémunéré pour le travail fourni, si vous vendez « à perte » (ce qui est légalement interdit) ou si vous vendez sans marge, c’est que – désolée de le dire ainsi – vous avez loupé quelquechose dans votre « business ».

Autre exemple de gratuit : GOOGLE. Quand vous allez sur les moteurs de recherche de type google, vos recherches sont… gratuites. Vraiment ? Que faîtes-vous des entreprises qui paient pour remonter dans les recherches ? Que pensez de certains liens affiliés dans tel ou tel blog gratuit ? (revoir l’émission d’envoyé spécial concernant les articles sponsorisés). Est-ce si bien de faire confiance aux moteurs de recherche ou bien n’est-il pas préférable de créer « son réseau de professionnels de confiance » et ainsi les solliciter afin d’obtenir des réponses de qualité.

Amateur ou pro ?

Il y a deux types de gratuit.

Il y a les amateurs qui bloguent pour partager, écrire et qui n’attendent aucun retour financier puisque cette rédaction n’est pas leur activité principale ni même secondaire et qu’elle ne sert pas à remplir le frigo ou à acheter les couches du bébé. Je ne dirais pas que cette catégorie de blogueur n’est pas certaine ni qu’elle n’apporte pas de valeur ajoutée mais tous ne vérifient pas leurs sources au même titre qu’un professionnel, car il n’y a pas d’enjeu financier. C’est à eux qu’ils font plaisir.

Il y a les professionnels qui bloguent « gratuitement » en donnant de leur temps, de leurs connaissances afin de partager et de se faire plaisir. Cependant, dans cette deuxième catégorie, si l’aspect du blog est gratuit, le professionnel a vérifié ses sources et il sait qu’au travers de cette rédaction de contenus, c’est son image qui est valorisé ou non. C’est à leurs clients/fans qu’ils font plaisir.

Mais comment valoriser une image en vendant du gratuit (bizarre d’écrire cela d’ailleurs) ? Je vais prendre l’exemple du psychologue. Si vous raconter vos soucis divers et variés à une tierce personne – non reconnue comme professionnelle – cela va vous soulager et vous aller écouter cette personne mais vous n’appliquerez qu’un infime pourcentage des conseils apportés . En revanche, si vous racontez les mêmes choses à votre psychologue, qui vous facturera sa séance 50 € (par exemple), vous serez attentifs à ses conseils et à coup sûr, vous appliquerez une grosse partie de ses conseils (dans le cas contraire, vous changerez de psychologue). Cet exemple, pour dire qu’une prestation ou un conseil à 0 € n’a pas de valeur et donc ne vous semblera pas fiable.

Le gratuit, source de confiance

Certains indépendants vont à la rencontre de leur clients gratuitement.

Certains indépendants font un essai gratuitement.

Certains indépendants répondent aux premières questions gratuitement.

Est-ce gratuit ? oui car c’est une étape.

Cette étape est parfois essentielle afin que le client fasse confiance au professionnel. Montrer ses comptes en vue d’améliorer sa gestion, parler de conflit RH en vue d’améliorer son style de management, accepter de se faire accompagner, livrer sa vie en vue de rédiger son autobiographie sont des actions qui nécessitent de faire au professionnel. Cette confiance peut donc s’installer grâce au gratuit qui prend forme dans la relation humaine.

Cependant, si l’entrepreneur a bien calculé ses tarifs, ces étapes font partie intégrante de ses « heures non productives » (à relire calculer ses tarifs).

L’important étant que cette étape soit un tremplin pour activer des missions récurrentes et/ou faire fonctionner le bouche à oreille.

Le gratuit tueur d’économie 

J’ai encore en tête l’exemple d’une assistante indépendante qui avait repris un forum avec pour but de vendre un guide pour devenir assistante indépendante : un guide retraçant toutes les étapes nécessaires pour réussir sa création de secrétaire indépendante.

Malheureusement, le guide s’est peu vendu, du mois pas suffisamment pour vivre de cette activité. Pourquoi ? Etait-il moins bon que l’ancien ? Je ne pense pas ; je suis même d’avis qu’il devait être très bon au vu du temps passé à le rédiger.

Par contre, ce guide est arrivé dans cette société du « tout-gratuit », c’est à dire que sur son propre groupe, chacun amenait les réponses qui étaient dans ce guide. Alors pourquoi l’acheter ? Vous souhaitez vous faire une idée, voici le lien menant au pack installation.

L’erreur n’a-t-elle pas été d’oublier de faire du gratuit un tremplin ?

Il y a quelques temps, je créais l’événement « 4 mois pour ne plus détester la comptabilité » afin de répondre à une demande : s’initier à la comptabilité, à son rythme, avec des mots simples. Après tout, il y a toutes les réponses sur le net ; je n’inventais rien, j’apportais simplement des réponses à des interrogations et je me faisais plaisir à les partager.

Puis, j’ai proposé l’envoi d’un document gratuit… et là, surprise, de nombreuses demandes… La première réaction fut l’euphorie mais ma raison l’emporte souvent.

Mode réflexion : pourquoi donner aux utilisateurs le même modèle qu’aux clients qui paient leur formation ? je n’ai trouvé aucune raison valable et j’ai décidé de donner un extrait de ce document (très intéressant tout de même !). Pourquoi ce choix ? car il y a une différence entre les utilisateurs qui surfent sur le net pour trouver les réponses qui leur conviennent et les intéressés par ce que vous allez leur apporter : vos clients.

Evidemment, il y aura toujours des personnes qui ne chercheront que le GRATUIT et ces personnes sont de simples utilisateurs de cette société de consommation. Cependant, si le gratuit est bien utilisé, il peut aider à vous faire connaître, à prouver votre professionnalisme.

Comme de nombreuses choses dans la vie quotidienne, l’important est de trouver l’équilibre entre gratuit et payant, entre donner et échanger.

Un grand merci aux personnes des réseaux qui sont encore dans le partage.

Nos activités doivent être rentabilisées

mais copier ou taper sur son voisin ne vous apportera rien,

si ce n’est une image non professionnelle.

 

6 commentaires
  1. Quel vaste sujet ! Pour moi, le gratuit est quasiment « réservé » à ma vie personnelle, même si je sais faire un « geste » ponctuellement en direction de certains de mes fidèles clients. Quand on raisonne en termes de travail, le gratuit est à manier avec délicatesse, car comme il est dit dans l’article, comment donner à certains ce que l’on vend à d’autres ? Cela crée une vraie forme d’injustice, bien difficile à argumenter !
    • Vaste mais si intéressant…
      Tu soulignes fort justement : le gratuit pour la vie personnelle.
      Que penses-tu du système économique portant sur l’échange de savoirs, services ?
  2. Merci Katuscia pour la référence au Pack installation 🙂
    C’est vrai qu’à l’heure du tout gratuit, il est difficile de vendre de l’information et du conseil, ou plutôt disons qu’il est difficile de montrer la valeur ajoutée qu’il y a « en plus » dans le payant. Ainsi, le Guide que je vends ne propose pas des conseils comme ceux que l’on peut trouver sur des blogs ou lire dans les groupes, mais bien une méthode pas à pas pour se lancer comme secrétaire indépendante, et c’est ce que cherchaient ceux et celles qui l’ont acheté. Je n’ai jamais retrouvé l’équivalent du Pack en gratuit sur internet, sinon je ne le proposerais pas à la vente…
    • Pour le pack, je pense qu’il est intéressant pour ceux qui s’installent tout comme l’accompagnement que nous proposons 🙂
      Evidemment, le gratuit n’apportera jamais ce qu’apporte le payant. Cependant, ceux qui cherchent les informations gratuitement n’en ont pas toujours conscience. Tu le soulignes d’ailleurs fort bien : « comment démontrer la valeur ajoutée » de nos missions de conseils » ?
      Par mes observations et expériences, ceux qui utilisent cette méthode du « tout gratuit » sont sur différents groupes : 1/ un pas sur ce groupe 2/ un pas sur cet autre groupe 3/ un pas de plus sur un autre groupe et ainsi de suite… On finit par les repérer mais la question réside dans le « taux de conversion »…
  3. le payant ou le gratuit ? tout dépend du niveau de vie que désire avoir celui qui offre le payant ou le gratuit . l’idée qui consiste a dire que le payant est forcement plus inintéressant das le contenu est devenu faux grâce a la richesse des réseaux. Lorsque le model économique se fait plus concurrentiel,que la rareté des offres d’emplois se cesse de grandir, que le niveau des moyens financiers des consommateurs ne cesse de baisser… Comment faire consommer plus des populations qui ont moins ? le gratuit ou le payant un équilibre basé sur une juste analyse des besoins de chacun .. devenir milliardaire sur une idée une concept , un produit, avec une marge importante ou une marge très réduite , tous cela est un problème de choix de vie et d’adaptation à nos société qui sont en mutation très profonde . Inventer un autre modèle économique pour permettre a tous de profiter du minimum ou que quelque uns puissent au détriment des autres vivre grassement prenant que d’autres subissent ?? payant ou gratuit, partage ou restriction ? nous sommes très mal éduquer pour le simple profit de quelques uns . Nos commençons a en subir les conséquences économique il est temps de changer de model, entre le tout gratuit et le tout payant il y des alternatives qui permette se vivre son entreprises tout en respectant sa clientèle, et veiller pour son esprit de créativité lui apporter le meilleurs au prix qu’elle peut reconnaître comme un juste prix pour sa situation , alors des tarifs solidaires voila une idée à creuser …

    • évidemment qu’il y a d’excellentes informations sur le net, encore faut-il savoir les trier !
      Justement, sur les réseaux sociaux, il y a des tas de groupes où les questions foisonnent mais nous, freelance dans le conseil et l’accompagnement, que devenons-nous ? Il y a un juste équilibre à trouver : une réponse ok, deux réponses pourquoi pas mais au-delà, la personne a certainement besoin d’être « coaché » ou formée !
      Mon propos était surtout de mettre en garde tant ceux qui ne veulent que du gratuit et qui n’ont pas réfléchi aux conséquences sur le travail que sur les freelance qui proposent systématiquement du gratuit, sans réfléchir à un modèle économique stable.
      J’estime respecter mes clients en leur apportant un bon rapport qualité/prix ; cependant, je dis non au travail au rabais !
      Au plaisir
Laisser une réponse