La simplification du bulletin de paie ou comment faire l’autruche

bulletin-de-salaire

 

Aujourd’hui ce sera un billet d’humeur… Depuis le 1er janvier 2015, c’est la mise en place des nouvelles réformes notamment  la formation professionnelle et les retraites.

Dans mon précédent post (les actualités pour 2015), j’évoquais la simplification du bulletin de paie et c’est de cette mesure dont je voulais vous parler aujourd’hui.

Tout le monde s’accorde pour dire que le bulletin de salaire est très compliqué à lire, et à comprendre.

Il est en effet très difficile, à moins d’être un professionnel avisé, de comprendre les différences entre brut et net, le mode de calcul d’un salaire, des charges sociales. J’ai toujours mis un point d’honneur à répondre à toutes les sollicitations de compréhension de son bulletin de paie mais entre technicité et logiciel de paie (parfois moyennement flexible 😉  ), les lignes du bulletin restent parfois obscures et beaucoup de salariés abandonnent (sauf pour les congés payés 😉  ).

Mais vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le bulletin de salaire si compliqué à lire ? Peut être serait-ce finalement parce qu’il n’est pas simple à établir ? Peut être que ce document n’est pas si simple à établir, tout simplement parce que le calcul des cotisations n’est pas simple, la gestion des variables  n’est pas simple, la gestion des cotisations n’est pas simple et que le droit social n’est pas … simple.

Faut-il se rappeler l’article sur les gestionnaires de paie où faire la paie semble si simple

Le petit bout de papier, distribué en fin de mois, nécessite bien plus qu’un clic clic, comme j’ai pu l’entendre parfois par des dirigeants, en s’imaginant qu’un superbe SIRH allait faire l’affaire ! Nos machines ne remplacent pas les hommes, elles leur permettent d’automatiser certaines tâches mais il faut qu’en amont le gestionnaire de paie – et bien souvent l’informaticien – aient réfléchi à la transcription de toutes les modifications réglementaires.

Le gouvernement décide aujourd’hui de taper fort pour « simplifier » le bulletin de salaire. A ce titre, il annonce la réduction du nombre de lignes de cotisations, favorisant la lisibilité pour le salarié. Qui peut croire que ce travail de lecture du bulletin rend sont élaboration plus simple ? De nombreuses personnes qui ont entendu le mot « simplification » sans se soucier que le travail du gestionnaire paie devra tenir compte d’une gestion du personnel régie selon les mêmes règles.

Simplifier ce n’est pas réunifier des lignes car cela va tendre à complexifier la recherche des erreurs (bien plus facile pour un enfant de trouver Paris sur une carte de géographie en lui indiquant que c’est en Europe, puis en France… c’est la même chose pour les cotisations).

Et masquer n’est-ce pas aller contre le principe de transparence de l’employeur vis à vis des salariés : les cotisations prélevées, où vont-elles ?

Et le pompon, c’est qu’à cette annonce de simplification, le gouvernement annonce une économie  d’environ 8 euros par mois et par salarié pour chaque entreprise. D’où va venir cette économie quand les calculs restent les mêmes, voire se complexifient ?

Je n’ai pas peur de relever des défis de gestionnaire de paie mais il est temps que l’entreprise puisse se servir de ses ressources humaines pour d’autres tâches que la complexité de la paie.

Etablir la paie coûte cher aux entreprises et ce n’est pas en adoptant la politique de l’autruche que cela va s’arranger. A quand une volonté de rassembler les organismes collecteurs (comme les cotisations Urssaf et Pôle Emploi) et une uniformisation des calculs ? A quand une simplification du droit social ?

 

2 commentaires
  1. Katuscia ! Présidente ! 🙂
    Tout est dit, et j’aime bien l’analogie avec Paris qui est en Europe.
    Je partage ton article!
Laisser une réponse