contact@kassistanceconseil.fr

« L’échec est le fondement de la réussite » Lao-Tseu

Vendredi, les résultats du bac sont tombés. En ce jour, les fils d’actualité ont fleuri des félicitations des parents, des selfies des personnes concernées et un silence ahurissant des personnes qui ont échoué à cet examen.

Pourquoi ce silence ? Aujourd’hui, à l’heure des réseaux sociaux, le paraître cohabite,en paradoxe, avec le développement personnel : réussir, être beau, être en forme, être aimé, être centré sur l’humain, concilier vie professionnelle et vie privée… Alors ceux qui ont échoué se taisent, se font petit et n’osent s’exprimer de peur d’être jugés. C’est pourquoi, aujourd’hui, je souhaite m’exprimer et vous raconter quelques morceaux de ma vie au cours de laquelle je me suis beaucoup « plantée » !

Quand je me plante, je POUSSE !

Voilà ma devise pendant ces 25 dernières années mais cela n’a pas toujours été aussi simple. Quand je n’ai pas obtenu mon bac en 1993, je n’ai pas poussé tout de suite mais j’ai été bien épaulée par ma famille. Evidemment, à 18 ans, les amis et/ou camarades de classe sont partis suivre leurs études, comme cela était tracé et moi, j’ai pleuré mais pleuré… j’avais si honte d’avoir échoué. Le premier échec est le plus difficile à surmonter.

Alors, si toi ou l’un de tes enfants est dans cette situation aujourd’hui, sois confiant, le bac n’est pas l’objectif ultime.

« En vérité, le chemin importe peu, la volonté d’arriver suffit à tout. »

Albert Camus

Aujourd’hui, pour faire rapide, j’ai éprouvé différents métiers (secrétariat, comptabilité, ressources humaines, management), puis j’ai fait une parenthèse dans l’entrepreneuriat et actuellement, je dirige dans le médico-social et je suis de nouveau en formation pour un DU de 3ème Cycle… cela aurait pu être pire non ?

Retours sur de nombreux échecs

Après cet échec du bac, j’en ai essuyé tant d’autres… je ne vais pas te les lister, tu risquerais de fuir ! Mais, je vais te donner quelques exemples, car ils m’ont permis de construire la personne que je suis aujourd’hui et peut-être t’aideront-ils à relativiser.

Je me suis plantée (et j’ai poussé) quand :

  • j’ai crû plaire à tout le monde dans une même entreprise ;
  • j’ai pensé que tout le monde avait les mêmes concepts de travail que moi ;
  • j’ai fait trop confiance ;
  • j’ai voulu aller trop vite ;
  • j’ai élevé mes enfants avec mon éducation en pensant qu’ils seraient comme moi ;
  • je me suis occupée de mes enfants « différents » ;
  • j’ai attendu une reconnaissance qui ne venait pas ;
  • j’ai fait 100% de la relation au lieu des 50% préconisés par Jacques Salomé ;
  • j’ai opté pour un management idéal au lieu d’exercer le management situationnel ;
  • j’ai voulu aider des personnes qui souhaitaient continuer à se victimiser ;
  • j’ai tenté de persuader ceux qui ne voulaient pas entendre (« il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre »)…

Fais de belles rencontres

Prends le temps de rencontrer de belles personnes et écoute-les. A un moment de ta vie, même si ces personnes ne font plus partie de ta vie, tu t’apercevras que leurs récits t’apporteront des solutions aux problèmes du moment. Garde en tête

« Quand on pense négativement, on trouve des problèmes partout ; quand on pense positivement, on trouve des solutions à tout ».

Anonyme

J’ai rencontré de bien belles personnes. Certes, elles ont été différentes mais ce sont ces rencontres qui m’ont permis d’identifier ce dont j’avais besoin :

  • des valeurs
  • de la confiance
  • du partage.

Dans les moments de tourmente, avoir identifié tes besoins te permet de t’y raccrocher et t’éviter de te perdre.

Les autres ne changent pas, ta façon de ressentir et vivre les choses oui

Si tu as besoin de quelque chose pour réussir, pour te sentir bien, va le chercher ! Par exemple, concernant la reconnaissance de son travail, bien souvent – au-delà d’un mauvais manager – la personne elle-même manque de confiance en elle et cherche la confirmation que son travail est bien fait ou encore cherche à faire plaisir à l’autre. La reconnaissance est un puits sans fond et si la personne n’est pas en capacité d’estimer son propre travail, elle sera dépendante psychologiquement de la reconnaissance de son manager. Alors, un seul conseil, aie confiance en toi !

Tu n’as pas obtenu ton diplôme (peu importe lequel par ailleurs), tu n’as pas la rémunération que tu souhaites, tu ne parviens pas au chiffre d’affaire escompté… alors saisis-toi de cette opportunité pour agir et trouver une solution. Change d’école et/ou de voie, repasse ton diplôme, découvre le monde professionnel, change de métier, change d’employeur, change de lieu de travail, fais-toi coacher, fais un bilan de vie… autant d’occasion de pousser !

Pour mieux vivre les émotions liées aux échecs, apprends à apprivoiser ton crocodile (pour cela, rien de mieux que de lire le livre de Catherine Aimelet-Périssol). Pour ma part, quand j’échoue, je suis souvent en colère contre moi alors je médite pour retrouver mes points d’ancrage et repartir sur de bonnes bases, sereine.

Tu peux aussi prendre le temps d’analyser ton échec (une personne extérieure peut t’aider à cela), et ainsi développer des stratégies. Pour ma part, je fais un tableau avec ce qui a précédé l’événement (contexte…), l’événement, et la « leçon à en tirer ». Ta plus grande force dans l’échec sera la remise en question. En effet, de nombreuses personnes et notamment chez les entrepreneurs, refusent d’admettre leurs erreurs sur les parties qui ne sont pas leur coeur de métier et persévèrent…

Surtout ne confonds pas ce que tu as avec ce que tu es et c’est pour cela que connaître ses valeurs est important pour surmonter ses échecs.

Travaille

Pour réussir, il n’y a pas de recette miracle : le travail. On peut échouer en ayant travaillé mais il sera plus difficile de réussir sans travailler. Ceux qui vous font croire le contraire vous mentent ou jouent sur les mots.

Travaille sur ta posture, travaille sur tes choix, travaille sur tes émotions, travaille sur tes valeurs, travaille sur tes relations… bref, agis avant de surréagir !

Laisser une réponse