contact@kassistanceconseil.fr

Quand les mots aident à surmonter les maux


REDACTION

 

De si loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé écrire. A l’image de ce que je vous racontais dans comment je trouve de l’inspiration pour mon blog, j’écrivais déjà en observant mon environnement : des poèmes pour démarrer car j’aimais le plaisir que les sons me procuraient en les relisant.

Tout au long de ma vie, j’ai continué à écrire mais pourquoi ? Parce que j’ai démarré mon parcours avec des études littéraires, diront certains… que nenni… la vérité est ailleurs. 

Aujourd’hui, j’ai eu besoin de vous écrire ce petit article pour vous montrer à quel point l’écriture peut être salvatrice de bien des maux.

J’ai écrit pour exprimer toute ma tristesse lors de mes premières déceptions amoureuses.

J’ai écrit pour évacuer ma colère quand mes deux grands-père sont partis, rapidement, terrassés par la maladie, alors que je n’étais pas encore majeure.

J’ai écrit pour poser mes interrogations quand j’ai cherché ma voie professionnelle.

J’ai écrit pour comprendre ces enfants maltraités par leurs parents, sans raison apparente.

J’ai écrit pour rester forte quand j’ai fait mes premiers pas en management et que mes équipes m’ont testée.

J’ai écrit pour dire à mon fils combien j’étais fière de son arrivée dans ce monde, même si je lui ai dit verbalement des milliers de fois.

J’ai écrit pour assumer ma vie personnelle dont le chemin n’a pas été un long fleuve tranquille.

J’ai écrit pour retracer mes joies de la vie quotidienne.

J’ai écrit pour trouver des solutions.

J’ai écrit pour raconter mes souffrances.

J’ai écrit pour remercier mes proches d’être toujours là.

J’ai écrit mes moments de détresse pour qu’ils deviennent poussière.

J’ai écrit mes sentiments les plus forts comme si je ne voulais pas les oublier.

J’ai écrit pour que vous vous souveniez combien je vous aime.

Je n’ai pas terminé d’écrire…

Ces écrits sont personnels alors je compense par mes écrits professionnels où je vous livre, à ma manière, ma passion pour les personnes. Ce qu’ils sont, ce qu’ils deviendront, pourquoi, quand… et bien plus encore.

Un jour, j’écrirai un livre qui compilera mes expériences… un jour, quand je serai prête… En attendant, une étape supplémentaire dans mon engagement pour l’information de la différence : bénévole d’une grande association française. Cette étape, je vais devoir l’écrire mais pour pouvoir la comprendre il me faudra vous expliquer toutes les étapes passées, heureuses et malheureuses.

J’ai la chance de pouvoir mettre en mots tous mes maux mais vous, savez-vous le faire ?

N’avez-vous pas l’envie de rédiger une autobiographie, de nous faire partager un sujet particulier ? Pour cela, il existe de beaux écrivains publics et comme je fonctionne au feeling(en complément de mon oeil professionnel) , je vous propose de découvrir Magali sur son site Les mots en forme – Magali Izard. Magali trouvera les mots, les bons mots et vous soulagerez vos maux. 

« L’écriture n’est pas morte, elle renaît différemment. »

PS : Magali réalise aussi des CV mais pour ces missions, je vous propose de rester sur ma page (RIRES).

2 commentaires
  1. Tu t’en doutes , je lis toujours avec attention tes articles. Et doublement celui-ci, avec son titre qui m’a immédiatement accrochée… Tu as formulé exactement ce qu’est l’écriture thérapeutique, celle qui aide à aller mieux, à bien formuler pour se comprendre et avancer… Quelle n’a pas été ma surprise quand j’y ai lu mon nom ! Sincèrement mille mercis d’avoir pensé à moi, d’autant que je suis en train de réfléchir à l’animation d’un atelier d’écriture ! Bravo pour ton engagement bénévole et j’avoue avoir grand hâte à lire ton oeuvre… Patience…
    • Magali,
      Il y a ces personnes qui écrivent (avec plus ou moins de talent) et il y a toi.
      A l’image de ces choses qui ont la senteur de rose, elles ne seront jamais rose…
      Ton empathie et ton talent permettent aux mots de briller.
      Les personnes qui suivront tes ateliers écriture auront une double chance : l’écriture et te rencontrer.
      Au plaisir de te lire.
      K.
Laisser une réponse